Attirer et stimuler les talents, créer des vocations

Même si le secteur de la réparation-carrosserie est bousculé, voire malmené à certains égards, il existera toujours car indispensable à notre mobilité. Il n’empêche que les challenges sont nombreux. Innovation, automobile, multiplication des matériaux et effets design, technologie des peintures et de la colorimétrie, typologies des réparations, changements des comportements…

Le métier de carrossier intègre de nouveaux outils et méthodes de travail, se digitalise, se spécialise et offre de réelles opportunités d’orientation.

Dans le même temps, la perception du métier de carrosserie aux yeux du grand public change peu. Comme souvent dans l’artisanat, il est relégué à la catégorie des métiers pénibles, ingrats, voire désuets. Sa dimension technique, technologique et connecté est cachée par l’image dégradée du garage de quartier. Pourtant, il disparaît peu à peu pour laisser place à des ateliers de plus en plus modernes.

Résultat, le manque d’attractivité pour les métiers de la réparation-carrosserie crée la pénurie de candidats, et le manque de vocation crée la pénurie de compétences. Cette situation peut même provoquer une fermeture alors que l’activité est là. Elle freine la croissance du secteur alors que la nouvelle mobilité est pleine de promesses.

A vous distributeurs et carrossiers, la filière veut apporter des solutions pratiques en se posant les bonnes questions. Les objectifs sont d’identifier les points de blocage, de faire évoluer les postes de travail, développer l’attractivité des métiers, actionner les leviers de la filière, de la formation initiale et continue.

FICHES : (à venir)
Développer l’attractivité du métier
Recruter un technicien peintre